Retour: neuf conduites

Quitter pour revenir.

Au cours de vos premiers travaux d'investigation, plus vous explorerez le site et plus vous découvrirez : les archives de tout espace sont inépuisables. Plus vous accumulerez de connaissances sur cette situation et plus vous fortifierez le champ de contradictions entre les différents paramètres : ceux du site et du programme, par exemple. Plus vous analyserez les données du lieu et de la demande et moins vous serez capables d'agir. Vous pouvez, si vous n'y prenez pas garde, vous enliser dans la complexité d'une situation paysagère! Vous devez donc régulièrement prendre de la distance par rapport au site, le quitter pour travailler dans votre atelier à partir d'outils spécifiques qui représentent et transposent la réalité. Sur place, vous seriez submergés par le foisonnement des données et vous ne pourriez prendre aucune décision.

Le projet commence par une certaine forme de réduction du réel qui donne prise sur lui. Il vous faut assez vite formuler, en atelier, les premières hypothèses, sachant que le travail sur l'espace lui-même ou, plus exactement, sa représentation dans le projet, ouvre des opportunités que la réflexion ou la gestion cumulative des données ne peuvent entrevoir. L’espace a des ressources propres qui permettent de reformuler et d'apaiser certaines contradictions que l'analyse dégage. Les choses s'aboutent par degrés, les pièces se placent ou se déplacent dans une incertitude générale qui est la compagne obligée de tous les maîtres d'œuvre. Cette part irréductible de la secrète subjectivité produit cependant assez rapidement un corps de connaissances et d'idées qui peuvent être transmises. Par là le projet s'entrouvre !


Mais, une fois engagées et stabilisées vos premières décisions, vous devez retourner sur le site pour en tester le bien-fondé et mesurer l'écart entre l'ébauche de votre projet et son adaptation sur le site d'accueil. Si vous négligez cette consigne, le projet que vous avez engagé décrochera vite de la réalité. Intervenir dans le paysage, dans ce monde d'interrelations complexes, demande de la connaissance, du doigté, de la maîtrise. Si votre travail est trop inattentif, la greffe que vous proposez a toutes les chances d'être rejetée ou d'apparaître malgré tout insolente et discordante.


De multiples allers et retours seront donc nécessaires tout au long de la démarche pour associer intimement l'analyse et le projet, et c'est par un travail de reconnaissances, d'essayages et d'ajustements que votre projet acquerra lentement la trempe du réel. Les lieux, même les plus délaissés, les plus déficients sont pleins de propositions qui méritent votre considération. Faire un projet, c'est aussi saisir des opportunités. En ce sens le projet doit être considéré comme un outil de connaissance, une manière d'expérimenter, de tester, d'interroger la réalité. Une connivence avec le site permet, en retour, d'informer le projet lui-même.

Retour: neuf conduites